La Villa Mais d’Ici

Un lieu qui accueille des artistes qui se produiront pour certains au festivalvilla-festival-inter4chemins-credit-christophe-perraudin

Atelier vidéo de création 2016 avec les enfants d’Aubervilliers. La Villa Mais d’Ici.
Premier atelier : sculpture marionnette
Deuxième atelier : Peinture décor et marionnette
Troisième atelier : tournage dans la Villa
Restitution : Projection du film et installation d’incrustation sur fond vert en live.
Merci à Susane Brun et l’équipe de Fulltime pour le prêt de matériel.

Présentation Villa Mais d’Ici 2016

77 rue des Cités – 93300 Aubervilliers

01 41 57 00 89 – administration@villamaisdici.orghttp://www.villamaisdici.org

La naissance de la Villa Mais d’Ici

HistoriqueAucun texte alternatif disponible.

L’association Villa Mais d’Ici a été fondée par un collectif de créateurs, qui recherchaient des espaces pour développer leurs activités et leurs collaborations. Située sur la commune d’Aubervilliers, dans le secteur Villette-Quatre Chemins, en « zone urbaine sensible », la Villa Mais d’Ici est installée dans une ancienne usine.

Le démarrage du projet

Après une année de formalisation du projet, de structuration du collectif et de négociations avec le propriétaire privé des lieux, un bail commercial de 12 ans a été signé le 4 novembre 2003. Ce bail a été conclu dans des conditions compatibles avec l’évolution du projet, qui prévoit notamment une franchise de 50% du loyer pendant les trois premières années, permettant une montée en régime progressive. En contrepartie, l’association prend à sa charge toutes les dépenses d’entretien, de mise aux normes et d’amélioration du bâti. L’entrée dans les lieux s’est effectuée en novembre 2003.

Les quinze résidents « fondateurs » (Les Grandes Personnes, Le Théâtre du Sajou, La Compagnie Les Anges Mi-Chus, La Compagnie Sinéquanon, le Théâtre de l’Echappée Belle, Le Monte Charge, Edouard Blaise, Sarah Letouzey, Ali Foudili, Ethnoart, TV Bien, Aubervilla, Achromatik, Méliadès, Rencontres d’Ici et là) développement des pratiques liées principalement aux arts de la rue.

Depuis son ouverture, les projets sont tournés vers une programmation ouverte aux habitants du quartier.

L’image contient peut-être : plein air

 

La Villa Mais d’Ici aujourd’hui

Les résidents

En 2015, ce sont plus de quarante entités de compétences complémentaires qui ont établi leur siège social à la Villa. Ces structures ou artistes indépendants, qui constituent les résidentspermanents de la Villa Mais d’Ici, totalisent près de 180 emplois et réunissent plus de 120 bénévoles fortement impliqués dans la vie locale. Tout au long de l’année, la Villa accueille des compagnies extérieures pour des courtes durées (créations, répétitions, constructions…). Ces accueils sont une grande richesse, car ils occasionnent des rencontres artistiques donnant lieu à de beaux projets avec les résidents. Les résidents multiplient les échanges et les collaborations artistiques autour :

Des projets collectifs transdisciplinaires, portés par la Villa Mais d’Ici (ateliers, cartes blanches, journées portes ouvertes, festival de la création…) Des projets de compagnies qui mobilisent très souvent d’autres artistes de la Villa Mais d’Ici. Il y a une tradition de mise en partage du processus de création très    forte. Les résidents permanents appartiennent à des champs très variés, ce qui favorise les synergies :

Adhok (Patrick Dordoigne) : Spectacle de rue

ADMR (coord.Duccio Gambi) : Arts visuels, design

Arzapar (Dir. Juliet Coren-Tissot) : clown citoyens et spectacle vivant

Caribou (Caroline Brillon) : Spectacles de rue, sensibilisation à l’éco-citoyenneté

Cédric Lasne : constructeur

Chabaane Mesbah : Art plastique

Chloé Bucas : Tapissière

Cie Myosotis (Dir. Catherine Decastel) : spectacle vivant

Compagnie Liria Theater (Dir. Simon Pitaqaj) : Théâtre

Décor Sonore (Dir. Michel Risse) : Arts Sonores, spectacle de rue, musique

Depuis 1920 (coord. Emmanuel Macaigne) : Mise en espace et en image

Dorian Cohen : peinture

Edouard Blaise : Effets spéciaux, cinéma

Erwan Legal : Cinéma

Flore Marvaud : régisseuse lumière et plasticienne

Frichti Concept (Dir. Brendan Le Delliou) : Danse, spectacle de rue

Full Time productions (dir. Anouck Puyalte) : production audiovisuelle

Kevin Monteiro : musique et contruction

L’atelier du Chevalier (Emeline Chevalier) : Lutherie guitare

La Fine Compagnie (Johanne Gili) : Théâtre de rue et de marionnettes

La Française de Comptages (Dir. Benoît Afnaim) : Arts visuels, vidéo, théâtre de rue

Le Goulus (Dr. Jean-Luc Prevost et Laetitia Lafforgue) : Spectacle vivant, arts de la rue

Les Allumeurs (Dir. Zsa Zsa Mercury) : Arts plastiques, paysages, installation performance

Les Anges Mi-Chus (Dir. Anne Carrard) : Théâtre

Les Grandes Personnes (Dir. Christophe Evette) : Spectacles de rue, d’objets et de

marionnettes / Sculptures et Installation

Les petits Zefs (Dir. Nicolas Vuillier) : Spectacle de rue, cirque, théâtre

Lucie Tarallo : menuiserie

Méliadès (Dir. Bénédicte Lasfargues) : Spectacle de rue, théâtre, installation

Omnia Studio (Dir. Fabien Caron) : Musique, TV Post production

Parme Baratier : Art visuel

Pauline De Coulhac : Théâtre, théâtre de rue

Pearl Noire Surfboard (Dir. Sean Magyar) : Surf, sculpture, design

Perrine Arnaud : Dessin, illustration, bandes dessinées

Precious Cargo (Cheryl Ann Bolden) : Arts plastiques, histoire

Sarah Letouzey : Arts visuels, plasticienne, dessinatrice

Tout peut arriver (Dir. Etienne Chaillou) : Arts visuels, vidéo, film d’animation

WEGL (Julien Amigue) : Design 3d

Yoann Cottet : Art Visuel

Zebra Studio (Coord. Benoit Rotger) : studio musique accueillant les répétitions des groupes suivants : Requin Chagrin, Tropenem Pal, Sagittarius A, Lust for psychoses, Papooze of death blast vortex, Joy and the damage, The Ferguson Twins, Bisous de Saddam 

Zébuline (Julie et Marion) : Marionnettes jeune public

Le Bâtiment

A l’origine était implanté un négoce de charbon, alimentant les industries locales. De cette  affectation initiale subsistent des bâtiments à charpente bois et couverture tuile datant de la fin du 19ème siècle. En 1986, les bâtiments ont été occupés par une entreprise de production audiovisuelle, qui a aménagé des bureaux, une salle de projection, un studio de prise de vue, un studio son ainsi que divers ateliers. Cette entreprise a quitté les lieux en 1999. Les bâtiments sont restés vacances jusqu’à leur prise à bail par l’association Villa Mais d’Ici.

La superficie de la parcelle est de 3048m² pour une surface bâtie de 3270m². Le lieu présente de fortes potentialités fonctionnelles et scénographiques. Il dispose de deux accès indépendants ; l’accès principal au 77 rue des Cités, est desservir par une cour, l’accès secondaire, au19 rue Sadi Carnot, par un jardinet. Une vaste halle centrale (500m², hauteur 10m), éclairée par une verrière, distribue les différents espaces. Sur 1600m² environ, les résidents disposent de leurs bureaux, ateliers et espaces de travail. Ils ont tous engagé par leurs propres moyens les travaux d’aménagement et d’équipement de leurs espaces privatifs.

Les espaces de répétition

Ouverts trente jours par ans à chaque résident permanent sous forme de co-production ainsi qu’aux compagnies extérieures à prix locatifs abordables, quatre espaces de répétition sont réservés à la création.

  • L’auberge
  • Le Cyclo
  • La Petite Loge
  • La Grande Loge
Les Espaces communs

Il est très important pour le collectif d’avoir des lieux de rencontres, de partage et de convivialité.

L’image contient peut-être : plein airLa cour intérieure et la buvette

La première cour sur laquelle le portail rouge de la Villa Mais d’Ici s’ouvre est très agréable au temps doux pour réunir de grandes tablées comme n’importe quelle pause-café. C’est un lieu de passage, vivant et ouvert à tous.

La buvette est l’espace en gestion collective, équipée d’une cuisine sommaire pour tout résident, permanent ou temporaire. Très utilisée en hiver pour les repas et réunions.

La Halle

La grande halle sert aux chargements/déchargement de matériaux et décors, ainsi qu’à la construction et parfois à la répétition. Chacun est libre de venir y implanter un atelier éphémère, en respectant une gestion intelligente et collective de l’espace.

Aucun texte alternatif disponible.

La vie associative

La Villa Mais d’Ici est une association loi 1901, dirigée par un conseil d’administration composé des résidents permanents et des membres actifs. L’Assemblée des Villageois se déroule une fois par mois. C’est le lieu des discussions, échanges plus générales sur les projets / actions / événements, le projet de l’association et le lieu. Elle est également là pour porter au vote (un vote par personne (morale ou physique), de manière partagée des décisions importantes qui ne peuvent pas reposer uniquement sur le Conseil d’Administration et le Bureau. L’information est ainsi régulièrement transmise à travers ces réunions et leurs comptes rendus afin que chacun puisse être averti des événements à venir et décisions prises.  Différentes commissions existent, certaines depuis longtemps d’autres nouvellement créées,pour gérer la Villa Mais d’Ici, dans ses différentes composantes. Aidées de l’équipe salariée, elles prennent en charge des thématiques de gestion technique, de communication, d’organisation, de projection, …  Certaines commissions ont une mission pérenne. D’autres pourront être convoquées pour des sujets particuliers, avec une durée d’intervention limitée. Ces commissions travaillent sur leur sujet et en réfèrent au Conseil d’Administration pour valider les propositions se faisant ainsi garant du projet collectif. Ces commissions ont pour objectif de permettre aux membres de l’association de s’investir dans le projet collectif en fonction de leur disponibilité et de leurs compétences.

L’équipe des salariés est là au quotidien pour soutenir en étroit avec le bureau, le conseil d’administration et plus généralement les résidents, au bon fonctionnement du lieu.

L’organigramme des salariés présente un certain équilibre entre l’équipe administrative et l’équipe technique. Chaque pôle est composé d’un temps plein pour le fonctionnement et un temps partiel pour les missions. Isame Ennani est ponctuellement embauché par l’association dans un objectif d’insertion professionnelle.

Une politique tarifaire égalitaire qui soutient la création

Une grille de location claire a été établie en concertation et tous les loyers sont désormais alignés sur un fonctionnement au métrage carré. Une règle de dégressivité sous forme de soutien à la création est désormais accordée en fonction de l’espace occupé. De plus, chaque compagnie résidente a accès à 30 jours par an de coproduction sous forme de mise à disposition des espaces de location temporaire. En clair, nous avons distingué les espaces de travail des espaces de stockage. Pour les espaces de travail, les 15 premiers m² sont facturés 9€ par mois, puis les 25 suivants 8,55€, ainsi de suite. Les espaces de stockage sont tous facturés 4,5€ le m² par mois

Le quotidien de la Villa Mais d’Ici

La poursuite du travail d’ouverture et de maillage territorial de la Villa Mais d’Ici

Le projet de la Villa repose, entre autre, sur la volonté d’ouvrir le travail de création aux habitants du quartier. Au travers des divers événements dédiés au public (fêtes, portes ouvertes, représentations…) et des projets d’ateliers menés dans le temps par les résidents, nos voisins sont à la fois acteurs et spectateurs, source d’inspiration et partenaires de notre lieu.

Certains réseaux semblent intéressants pour la Villa Mais d’Ici. C’est le cas d’Actes-If ou de TransEuropHalles. La Villa Mais d’Ici étudiera le sujet et engagera la démarche. Au niveau de Plaine Commune, le travail de réseau se poursuivra (« Territoire de culture et de création », « Nuages », les friches culturelles, …)

Plusieurs structures de la Villa Mais d’Ici, du champ des arts de la rue, sont membres de la Fédé d’Ile-de-France. La Villa Mais d’Ici continuera à suivre, accompagner, recevoir ce réseau, comme en mars pour l’assemblée générale de l’association. Nous avons également accueilli la rencontre professionnelle du collectif THEMAA sur le thème de la diffusion. Nous sommes adhérents de ce réseau et gageons sur de nombreuses collaborations.

Au niveau de la buvette, nous avons instauré un nouveau rendez-vous, les Repas du Jeudi. C’est un moment agréable de partage, autant avec les locataires temporaires qu’entre résidents, avec une réelle volonté d’ouverture sur le quartier. Les cuisiniers volontaires prennent actuellement le relais, nous tentons de faire participer ponctuellement des associations locales.

Un livret des résidents

Afin que présenter toute la diversité des résidents de la Villa Mais d’Ici, un livret est régulièrement mis à jour et distribué aux partenaires et tout visiteur

Site internet et réseaux sociaux

La Villa Mais d’Ici met à jour un site internet (www.villamaisdici.org) avec les informations des résidents permanents ou temporaires. Il est possible de s’inscrire à une newsletter via ce site pour être tenu informé des actualités.

A travers ses deux comptes facebook, l’association relaie les informations quotidiennes des résidents et partenaires, dans une logique de réseau.

Les événements

La Villa Mais d’Ici organise environ six fois par ans des événements artistiques ouverts sur le quartier.

La Villa reprend du poil de la bête

Pour fêter la nouvelle année, le renouvellement de bail et de la subvention Fabrique de Culture, nous avons organisé l’événement « La Villa reprend du Poil de la Bête » qui a connu un franc succès

Grands Papiers

Les Grands Personnes ont décoré le mur extérieur de la Villa avec de grands collages à l’aide des voisins. Une initiative appréciée par les habitants.

Clôture des ateliers du Mercredi

Afin de fêter la clôture des ateliers « comme un poisson dans l’eau », la Villa a organisé un événement où les intervenants ont proposé des ateliers ouverts à tous. La restauration a été gérée par les stagiaires de l’association Passerelle-Handicape et la clôture de concert par Zoé Bactabass. Les habitants et centres sociaux sont venus nombreux malgré la météo incertaine.

L’Expo Flash

Pour la première fois, les résidents plasticiens de la Villa ont monté une exposition collective avec 11 artistes participants.

Le vide-grenier et le festival international des 4 chemins

A l’occasion du vide-grenier des habitants de la rue des Cités, la Villa Mais d’Ici a coutume d’ouvrir ses portes et d’accueillir une partie de l’événement. Cette année nous avons profité de l’occasion pour participer à la première édition du festival des 4 Chemins avec la Friche Magenta, un jardin participatif situé à Pantin de l’autre côté du rond-point de la Villette. L’occasion de montrer l’unité territoriale qui nous lie et de proposer un échange artistique autour de 4C : Cuisine, Colloque, Concerts et Cinéma.

Les Journées du Patrimoine : les 17-18 septembre

La Villa Mais d’Ici a ouvert ses portes pour le week-end des Journées du Patrimoine avec un programme rempli : Une installation artistique de Flore Marvaud, une projection de la compagnie Les Allumeurs et des ouvertures d’ateliers de nombreux résidents. Des visites guidées ont été proposées à tour de rôle à un grand nombre de curieux qui ont tous été ravis de pouvoir découvrir les entrailles de la Villa Mais d’Ici.

Les 10 ans d’Auber Sans la Peur : le 24 septembre

Le comité d’aide aux sans papier d’Aubervilliers nous avait sollicité lors de nos questionnements sur notre soutien aux causes des migrants pour organiser leur anniversaire. Une belle journée d’échange en a résulté, débuté par des discours des élus, puis par une parade de marionnettes géantes entre la mairie et la Villa Mais d’Ici. Après un grand repas participatif ponctué de témoignages, de nombreux artistes ont repris la programmation de la Villa Mais d’Ici pour une soirée haute en couleurs et riche en émotions.

Actions de proximité

La Villa Mais d’Ici a proposé un cycle de 12 ateliers artistiques, intergénérationnels et participatifs, ouverts à tous et gratuits. L’occasion d’explorer, avec des professionnels, des univers artistiques très différents allant du théâtre à la vidéo en passant par la danse, la musique, l’art plastique, le dessin ou encore la fabrication de papier. Ainsi, sur une séance de 3h, comprenant un goûter à la fin, chaque intervenant résident de la Villa Mais d’Ici a pris à tour de rôle la direction artistique d’un atelier afin que chaque mercredi après-midi du 16 mars au 1er juin 2016, de 14h à 16h30, les habitants puissent participer à une discipline artistique. Les ateliers avaient tous une thématique commune, afin de relier les univers au fil de l’eau. Ainsi, nous avons nommé ce projet « Comme un poisson dans l’eau».

 

 

La Fine Compagnie, Perrine Arnaud et Julien Amigues se sont associés pour que leurs ateliers fassent lien vers un objet commun : un court métrage où les participants étaient filmés sur fond vert pour s’incruster dans le décor qu’ils avaient peint et se faire dévorer par le monstre marin qu’ils avaient construit :

https://vimeo.com/175850264

 

Outre un travail de collaboration mené avec les partenaires locaux, il y a eu un important travail de médiation, en amont et tout au long de l’action, auprès des habitants directement. Ces ateliers sont essentiels pour s’ouvrir sur le quartier. C’est une façon de nouer un lien autour de la transmission, ce qui est un axe différent des évènements ouverts que nous organisons où les habitants sont « spectateurs ».